Notre Dame de Paris en 2024

Voilà, nous sommes en 2024, 5 ans après l’incendie qui a ravagé Notre Dame.

Devant l’ampleur des dons en espèces et en matériaux, les architectes ont eu l’idée d’ajouter une troisième tour ce qui donne le plus bel effet.

Publicités

La station vélib de la piscine des Tourelles est enfin ouverte après 17 mois de fermeture….

Fermée pour diverses causes depuis octobre 2017, la station a été ré-approvisionnée en vélos ces jours-ci après 17 mois d’inactivité. Encore faut-il préciser que le nombre de vélos disponibles était de deux le 18 mars à 14 heures. On continue à suivre cette affaire.

Précédemment:

https://mlmpages.wordpress.com/2018/12/19/le-mystere-de-la-station-velib-de-la-piscine-des-tourelles-feuilleton-parisien/

Nettoyage de capteur, test du kit Ricoh-Pentax O-ICK1

Les capteurs des appareils photo numériques présentent un inconvénient, celui de ne pas rester propres. Des taches apparaissent rapidement sur les photos, rondes et sombres. Elles sont les empreintes de poussières voire d’autres éléments physiques comme des graisses.

Ces poussières proviennent de l’extérieur soit lors des changements d’objectif, soit lors des prises de vue, les zooms activant la circulation de l’air lors des changements de focale. De plus, l’obturateur et les mouvements du miroir engendrent une usure mécanique avec production de limailles microscopiques mais bien visibles.

Pour corriger ce défaut les constructeurs ont mis au point un système faisant vibrer le capteur, les poussières étant absorbées par le revêtement de la partie inférieure de la chambre noire.

Il arrive un moment où la vibration du miroir ne peut plus rien, certaines poussières restant collées sur le capteur. On peut certes utiliser une soufflette mais en général on fait entrer autant de poussières qu’on en soulève. Reste la bombe. C’est un procédé efficace à préférer à la soufflette mais il ne permet pas toujours de nettoyer à 100%. Des poussières grasses restent collées.

Il faut un autre procédé.

A cet effet, Ricoh-Pentax propose un kit sous la référence O-ICK1. Le principe repose sur une pastille adhésive qui permet de coller les poussières et de se débarrasser des tâches grasses. Vous tapotez ensuite l’embout adhésif sur un papier spécial fourni dans le kit.

J’ai testé ce kit sur trois appareils, un K5, un D700 et un D800. Le D800 avait un capteur comportant une vingtaine de taches rédhibitoires, comme on le voit sur la photo sous le titre. Les autres étaient plus propres.

Je vous indique comment procéder car la notice rédigée en anglais n’est pas très explicite hormis les schémas, même pour ceux qui, comme moi, ont fait 7 ans d’anglais avec Carpentier-Fialip.

  • procéder au relevage du miroir via le menu de votre appareil,
  • si possible, nettoyez la chambre noire à la bombe, sans excès, et l’environnement de travail,
  • ôter la protection de l’extrémité adhésive du bâtonnet,
  • ouvrir le cahier de feuilles de nettoyage à la première page. Maintenir le cahier ouvert à l’aide d’un trombone, ou d’un presse papier, car il a tendance à se refermer,
  • prendre le bâtonnet et tapoter le capteur en prenant soin de ne pas appuyer trop fort et de bien couvrir l’ensemble de la surface. Ne pas frotter le capteur avec la partie rouge et bien utiliser verticalement,
  • tapoter ensuite le bâtonnet la feuille du cahier (pas sur le partie brillante) que l’on identifiera avec une croix au stylo,
  • remettre la protection du bâtonnet.

Vous vérifiez le nettoyage en photographiant par exemple le ciel, bleu ou blanc et vous visionnez sur un écran d’ordinateur. Parfois un second passage s’impose si le capteur est trop sale ce qui fut le cas pour mon D800.

Votre capteur est propre.

La tuile canal en Colombie.

La tuile canal est répandue dans toute l’Amérique du Sud et particulièrement en Colombie car ce pays regorge d’argile. Briques, tuiles et poteries sont produites dans différents endroits du pays selon des méthodes artisanales essentiellement dans des fours chauffés au bois ou au charbon. Ces tuiles sont utilisées sur la plupart des maisons, anciennes et modernes.

Le modèle de tuile est peu différent du modèle européen, sans doute un peu plus plat, mais la longueur est la même et la technique de pose identique.

Tuiles canal sur une construction moderne.
Technique de pose sur une charpente en bambou.

Les travaux Porte des Lilas, un grand ras le bol !

Des travaux viennent d’être entrepris avenue Gambetta entre la piscine Georges Vallerey et l’entrée de la station de métro.

Ce quartier connait depuis 9 ans au moins une succession de travaux de voirie et autres qui sont menés de la manière la plus désordonnée possible. Cela a commencé en 2010 avec la construction de la ligne de tramway T3 inaugurée en décembre 2012. Ensuite les abords du tramway ont été remaniés avec la pose de dalles de granit avenue Gambetta (photo ci-dessus) et aux abords de l’édicule constituant l’entrée de la station de métro Porte des Lilas. Ces travaux ont duré plusieurs années.

Depuis les travaux suivants se sont déroulés:

  • construction du cinéma « Etoile » les Lilas inauguré en octobre 2012 et qui depuis a changé de vocation,
  • cassage et ré-installation de la station vélib devant la piscine des Tourelles en 2017-2018 toujours hors service !
  • longue remise en état du square et dératisation en 2017-2018
  • réfection du bâtiment de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (celui en rouge sur la photo) ex CFI devenu L’EA, 247 avenue Gambetta (travaux longtemps retardés 2013- 2016),
  • destruction devant ce bâtiment d’une station autolib créée quelques petites années avant devant l’établissement précédent,
  • aménagement d’une nouvelle sortie du métro, avenue de la Porte des Lilas dans le cadre de la rénovation et du prolongement de la ligne 11 du métro,
  • etc, car j’en oublie probablement.

Mais penser que c’était terminé est bien mal connaître la frénésie de travaux de nos élus et les nécessités techniques et d’aménagements qu’ils mettent en avant….En effet, il y a plusieurs mois, le dallage de granit installé autour de la station de métro a été déposé et pendant trois mois de longs travaux s’y sont déroulés. Ils sont terminés mais le dallage a été mal reposé. Le 9 janvier, ce fut face au bâtiment de la Chambre de Commerce, le long du jardin, que le dallage a été déposé. Pour combien de temps et en attendant quoi d’autre ?

Bruits, poussières, encombrements divers, gêne apportée à la circulation des piétons et des voitures, mais surtout absence de coordination des travaux, l’exaspération est à son comble.

PS: d’autres travaux débutent en ce moment Place Gambetta dans le cadre de l’épidémie de ré-aménagement des places de Paris (06/02/2018).

Consultez les autres articles sur l'actualité parisienne dans la rubrique qui porte ce nom.

Un lave-linge plus silencieux, astuce DIY.

Dans les appartements, il arrive assez souvent que l’on entende le bruit de lave-linges  situés deux étages au-dessus de vous. Le bruit du vôtre peut également vous gêner.

Il existe un remède très simple pour atténuer fortement ces bruits. On se procure un tapis de souris d’ordinateur que l’on découpe au cutter pour faire quatre carrés de 5 cm x 5 cm. On glisse ensuite sous les pieds de l’appareil en l’inclinant les quatre carrés en prenant soin de bien les installer, mousse contre le sol. Vous n’en reviendrez pas du silence obtenu et de la forte réduction des vibrations. 

Il existe également dans le commerce des tapis amortisseurs plus coûteux.

Rangement, la règle des dix choses

Soit vous êtes fanatique du rangement et là je ne peux rien pour vous car c’est maladif, soit vous êtes quelqu’un qui ne range jamais et là ce petit conseil peut vous aider.

Comme pour beaucoup, le rangement est mon point faible. Si je finis toujours par retrouver ce que je cherche, parfois j’y passe du temps. Les objets ont une fâcheuse tendance à s’entremêler, à se cacher, etc. Pour combattre cela, j’ai mis au point une méthode qui fonctionne bien, en général. Lorsque le volume de bazar est contre-productif, je prends la décision, non pas de tout ranger, mais de ranger au moins dix choses qui se trouvent devant moi. Rien ne s’oppose à dépasser le chiffre de dix et de le faire régulièrement. 

Ca fonctionne très bien, mon horizon est un peu plus ordonné. On peut transmettre le conseil aux enfants. Après il faut bien se souvenir de l’endroit où on a rangé.

Le mystère de la station vélib. de la piscine des Tourelles, feuilleton parisien.

Nous sommes le 19 décembre soit trois mois après mon précédent article sur la station vélib de la piscine des Tourelles. Et ? toujours rien, elle reste fermée alors que tout est prêt pour accueillir les vélos ! C’est un des grands mystères de l’aménagement parisien, on « embellit « , on casse, on dénature…et des choses restent en plan. 

https://mlmpages.wordpress.com/2018/09/12/pas-de-chance-pour-la-station-velib-de-la-piscine-des-tourelles/

Réglage de l’infini sur un appareil à soufflet (folding).

P1050214

Cavalerie Zeiss Ikonta 6×9

Les appareils photo à soufflet présentent souvent un défaut, celui d’une mise au point à l’infini erronée. Pourquoi ? Ces appareils ont entre 50 et 70 ans et lorsqu’ ils parviennent jusqu’ à nous ils ont eu à supporter diverses sollicitations, chutes, écrasement, usage intensif, démontages hasardeux, desserrement des composants, etc. Il est rare d’en trouver un dont la mise au point à l’infini est juste. C’est la cause de nombreux insuccès. Les photos sont donc moins nettes bien que la fermeture du diaphragme contribue à atténuer ce défaut de netteté. Parfois on attribue le défaut à un manque de planéité du film…

Il existe une méthode à la portée de l’amateur pour vérifier et corriger la justesse de la mise au point. Je la garantie car je l’ai expérimentée sur des dizaines d’appareils. Je la préfère pour sa précision à celle qui consiste à vérifier par l’intermédiaire d’un calque en guise de dépoli.

Premier point, vérification

Matériel nécessaire : un carré de plexiglas, du ruban adhésif, un reflex avec stigmomètre central équipé d’un 50mm (ici un Nikon FG) et un trépied.

_MLM1848

Ici je vérifie l’infini sur un Solida III

Le carré de plexiglas de 65×65 mm est découpé au cutter dans un couvercle de DVD. Les tranches du carré sont à ébavurer  avec du papier abrasif à l’eau. En son milieu, vous graverez un trait avec une pointe.

_MLM1849

Le plexiglas rayé est scotché pour tenir à la place du film

Vous fixez ce carré à l’emplacement de la pellicule en prenant bien soin de l’installer dans le plan de cette pellicule, face rayée à l’intérieur de la chambre noire. Ensuite, vous réglez votre appareil photo sur la pose T s’il en dispose, ou bien sur la pose B et vous bloquez la came de l’obturateur avec un morceau de carton pour ne pas qu’il se referme. Vous posez l’appareil sur le trépied et vous réglez la bague de mise au point à l’infini.

_MLM1852

Blocage de la came du déclencheur en position ouverte en pose « B ».

A l’aide de votre reflex réglé à l’infini, vous vous approchez de la lentille frontale de l’appareil à soufflet jusqu’ à la toucher et vous placez le stigmomètre sur le trait gravé au milieu du plexiglas. Si ce trait est continu, la mise au point est correcte, s’il présente une cassure, il faut ajuster.

colilation

Disposition de l’ensemble

stigmomètre

Images du trait rayé sur le stigmomètre du viseur du reflex Nikon

Deux appareils sur trois nécessitent un réglage.

Ajustement

Voici comment procéder. Munissez-vous d’un tournevis très fin pour dévisser les trois vis de retenue de la lentille frontale sans toutefois les sortir totalement de leur logement et vous ôtez la bague sur laquelle les distances sont gravées. Vous refaites le contrôle précédent et vous ajustez la bague frontale en la tournant jusqu’ à ce que vous voyez une ligne non brisée dans le stigmomètre du dépoli du reflex. Vous reposez ensuite délicatement la bague des distances, le signe infini face au pointeur en forme de triangle ou de losange sans toucher au réglage et vous serrez les trois vis minuscules de fixation de la bague. Si vous avez le sentiment d’avoir bougé quelque chose, recommencez.

Royer 5

Trois petites vis assurent le serrage sur la bague ci-dessous. Attention à ne pas trop les sortir de leur logement.

Royer 4

Lentille de mise au point. Les vis de la bague se bloquent dans la rainure que l’on aperçoit.

Désormais c’est réglé et vos photos gagneront en netteté. Cette méthode est connue depuis des décennies et je n’en revendique pas la paternité. 

Comme vous avez pu le voir, je traite plus loin dans mon blog des reflex à deux objectifs, Rolleiflex et Ikoflex. On se doit de vérifier l’infini sur ces appareils de conception différente des foldings car, avec le temps, les déréglages sont possibles. La même technique est à utiliser, par contre je déconseille fortement de les ajuster vous-même. Confiez-les, si besoin est, à un spécialiste « Rolleiflex ».

Blake et Mortimer « La vallée des immortels »

La vallée des immortels

Les éditions Blake et Mortimer viennent de publier le 25 ème ouvrage des aventures du professeur et du capitaine. 

Le scénario est du à Yves Sente, les dessins sont de deux auteurs nouveaux dans la série, Teun Berserik et Peter Van Dongen. 

L’aventure part d’un fait historique, le transfert des oeuvres d’art chinoises à Taiwan au moment de la guerre civile chinoise qui opposa les communistes et les nationalistes. A noter que ces oeuvres sont exposées de nos jours au musée de Taipei. La suite est imaginée, bien entendu sans fondement historique. 

Dans ce premier tome qui se termine avec suspense, les habitués de la série retrouveront avec plaisir les deux personnages mythiques et leurs activités sur fond de trahison. Le récit se déroule en Chine, en grande partie à Hong-Kong, alors colonie britannique. Mortimer et Blake sont mêlés à une affaire de parchemin qu’un vilain méchant cherche à retrouver pour assurer sa légitimité, grâce à quelques falsifications auxquelles l’infâme Olrik apportera son aide. Mais je n’en dis pas trop. 

De mon point de vue, le scénario est bien ficelé, mieux sans doute que les précédents et l’enchaînement des images et des dialogues est clair. Cela se lit rapidement et on attend avec impatience le second tome où on connaîtra le sort réservé à Mortimer. Il s’intitulera « le Millième bras du Mékong ».

Si je devais faire – sinon une critique du moins une remarque – c’est sur le graphisme qui diffère assez profondément de celui d’André Juillard qui avait réalisé les précédents albums. Ses dessins étaient fins et les couleurs plus transparentes et moins foncées. Dans le présent album, les traits sont plus épais. Par contre le physique des personnages est bien « croqué » ce qui fait qu’il ne peut y avoir de confusions. La documentation architecturale, urbaine et « archéologique » est excellente. Je ne peux taire tout le bien que je pense du dessin du Canadair C4 de la BOAC, extrapolé du DC4. La BOAC a réellement utilisé ce type d’avion. Enfin, un clin d’oeil à l’Ecosse avec le contre- amiral Eileen Donan ( page 44) dont le nom fait penser au magnifique château d’Eilean Donan https://www.flickr.com/photos/24459168@N05/42039065734/in/photolist-273RcCb-284SXpG-Jn2ZYP/

De même, les noms des ingénieurs (page 45) font penser à Jack Hawkins et Michael Caine, acteurs britanniques.

Une excellente note pour cet album destiné à tous les publics.

Rendez-vous est pris pour le tome 2