Blake et Mortimer « La vallée des immortels »

La vallée des immortels

Les éditions Blake et Mortimer viennent de publier le 25 ème ouvrage des aventures du professeur et du capitaine. 

Le scénario est du à Yves Sente, les dessins sont de deux auteurs nouveaux dans la série, Teun Berserik et Peter Van Dongen. 

L’aventure part d’un fait historique, le transfert des oeuvres d’art chinoises à Taiwan au moment de la guerre civile chinoise qui opposa les communistes et les nationalistes. A noter que ces oeuvres sont exposées de nos jours au musée de Taipei. La suite est imaginée, bien entendu sans fondement historique. 

Dans ce premier tome qui se termine avec suspense, les habitués de la série retrouveront avec plaisir les deux personnages mythiques et leurs activités sur fond de trahison. Le récit se déroule en Chine, en grande partie à Hong-Kong, alors colonie britannique. Mortimer et Blake sont mêlés à une affaire de parchemin qu’un vilain méchant cherche à retrouver pour assurer sa légitimité, grâce à quelques falsifications auxquelles l’infâme Olrik apportera son aide. Mais je n’en dis pas trop. 

De mon point de vue, le scénario est bien ficelé, mieux sans doute que les précédents et l’enchaînement des images et des dialogues est clair. Cela se lit rapidement et on attend avec impatience le second tome où on connaîtra le sort réservé à Mortimer. Il s’intitulera « le Millième bras du Mékong ».

Si je devais faire – sinon une critique du moins une remarque – c’est sur le graphisme qui diffère assez profondément de celui d’André Juillard qui avait réalisé les précédents albums. Ses dessins étaient fins et les couleurs plus transparentes et moins foncées. Dans le présent album, les traits sont plus épais. Par contre le physique des personnages est bien « croqué » ce qui fait qu’il ne peut y avoir de confusions. La documentation architecturale, urbaine et « archéologique » est excellente. Je ne peux taire tout le bien que je pense du dessin du Canadair C4 de la BOAC, extrapolé du DC4. La BOAC a réellement utilisé ce type d’avion. Enfin, un clin d’oeil à l’Ecosse avec le contre- amiral Eileen Donan ( page 44) dont le nom fait penser au magnifique château d’Eilean Donan https://www.flickr.com/photos/24459168@N05/42039065734/in/photolist-273RcCb-284SXpG-Jn2ZYP/

De même, les noms des ingénieurs (page 45) font penser à Jack Hawkins et Michael Caine, acteurs britanniques.

Une excellente note pour cet album destiné à tous les publics.

Rendez-vous est pris pour le tome 2

Publicités

Les grands-pères à la guerre

14-18 1

Mon grand-père maternel, Emile, à gauche sur les photos. Dans les régions dévastées ils avaient recueilli un jeune de quinze ans, Auguste, au milieu sur la photo.

14-18 2

Mon grand-père Jean.

14-18 3

Mon grand-père Jean troisième au premier rang en partant de la gauche.

14-18 4

Le grand-père Emile, à gauche.