La saga de la propreté à Paris, février 2020.

On voit très nettement sur ces images que le nettoyage mécanique est inefficace. Pire, il a projeté les détritus là où il est difficile de les ramasser. On voit bien que ce ne sont pas toujours les fameuses incivilités qui sont responsables de la saleté à Paris. Photo prise rue Pelleport.

Suppression des horodateurs à Paris, en catimini….

Sans tambour, ni trompette, la guerre à la voiture continue à Paris avec maintenant l’enlèvement des horodateurs notamment ici dans le XX ème arrondissement. Les traces de ces horodateurs perdurent par contre, sauf sur la quatrième photo où le trou a été vite rebouché. Les usagers sont perdus à la recherche d’un horodateur qui voudra bien enregistrer leur paiement. Les indications « intervention sur horodateur » ont parfois trois ans d’âge et ne résistent pas au temps. Mais depuis quelques mois, elles sont remplacées par des cônes de Lubeck.

La place de la République, parlons-en…

Le sol de Paris est révélateur du manque d’entretien patent, au détriment d’aménagements discutables. Mais qu’ils soient justifiés ou non, ces travaux sont mal réalisés par des entreprises éphémères et qui utilisent des matériaux de piètre qualité mis en oeuvre sans compétences ni expériences. C’est le cas de la place de la République dont le dallage certes malmené par les sempiternelles manifestations et les skate-boarders, se descelle, se délite….Des centaines de mètres carrés sont à reprendre tant sur la zone réservée aux piétons que sur la voie nord.

Horodateurs parisiens

Il y en a comme ça des centaines en attente de la fameuse intervention qui consistera probablement à raser ce qui dépasse. Ces signalisations ont été posées lors du démontage des horodateurs il y a maintenant plus de deux ans. Elles sont régulièrement cassées et remplacées. C’est un exemple de l’évolution de notre voirie sous la mandature hidalgienne en constante effervescence.

Des stations vélib pour lutter contre les automobiles

Au cours de ma promenade du 4 septembre, je croise cette pancarte rue du Borrégo dans le XX ème. Encore un chantier « Hidalgo » me dis-je ! Or il ne faut pas aller bien loin pour s’apercevoir que la quasi totalité des stations vélib du quartier sont désespérément vides de tout vélo. Evidemment, on imagine mal notre maire gravir les pentes de Belleville ou de Ménilmontant lors de ses sorties médiatiques.

J’ai pris quelques clichés le même jour, rue de Ménilmontant, avenue Gambetta, dans un rayon de 250 mètres, environ.

Rue de Ménilmontant
Rue de Ménilmontant à deux pas de la précédente
Avenue Gambetta, près du métro Pelleport
Avenue Gambetta près du métro Saint-Fargeau
Rue de Romainville, près du métro Télégraphe.

L’objet de ces installations est de réduire les places de stationnement dans ce quartier, plus que d’offrir le service vélib à ceux qui en auraient besoin puisque les stations sont vides. Et pendant ce temps la place Gambetta est toujours en chantier et les ornières se creusent dans nos rues….

Voir sur ce sujet un article précédent:

https://mlmpages.wordpress.com/2019/03/19/la-station-velib-de-la-piscine-des-tourelles-est-enfin-ouverte-apres-17-mois-de-fermeture/