SUP DE CONS le livre noir des écoles de commerce. Auteur ZEIL éditions La Différence (www.ladifférence.fr)

 

SUP DE CONS 1

Un de mes anciens collègues du Ministère de l’enseignement supérieur m’a recommandé cette bande dessinée.

C’est une BD, mais avant tout c’est un livre noir sur les écoles de commerce, du moins certaines et notamment Sup de co Mercure, établissement si peu imaginaire. Pour qui a un peu connu ce secteur de l’enseignement, cet ouvrage abondamment illustré par l’auteur lui-même, mais au texte conséquent et argumenté, éclaire sur ces établissements, leur fonction,  leur attractivité, leur financement, leur enseignement, leur communication, les débouchés pour les diplômés, etc. On doit espérer de cette BD qu’elle informe les jeunes et les familles sur les réalités des écoles de commerce, le coût de la formation et leurs pratiques, parfois « bidon ». Portées à bout de bras par les instances consulaires,  elles ont fleuri un peu partout en France sans que le besoin soit toujours avéré. Dès lors une sempiternelle quête de reconnaissance, dans l’hexagone,  à « l’international » et en matière de recherche…

L’auteur, Zeil, qui connait parfaitement le domaine, décline avec talent toutes les ficelles montées par les écoles et les spécialistes du sujet penseront à quelques exemples qu’ils ont en tête même s’il faut se garder de généraliser. Si le dessin est justement caricatural, le texte est criant de vérité.

Je l’ai lue en trois quart d’heure, signe que la BD m’a plu.

 

 

Les économies en tout genre à Paris (I) ou « Paris caniveaux »

sam_0279dsc01961

dsc01476

Ci dessous Angle rue du Télégraphe – rue du Borrégo

dsc01675dsc01472

On ne compte plus les travaux effectués en dépit du bon sens depuis que la municipalité est partie en guerre contre les automobiles et les automobilistes. La réduction du nombre de places de stationnement s’est traduite par un élargissement de certains trottoirs et par une modification des caniveaux. Ces aménagements ont été conduits sans aucune réflexion par les responsables de la voirie et les entreprises. Voici quelques exemples qui parlent d’eux-mêmes. Pire, la ville de Paris ne s’est pas retournée vers les entreprises pour faire reprendre le travail. On casse, on modifie sans études préalables, l’eau est gaspillée transformant les rues en ruisseaux et les passages cloutés en pédiluves. Et quand il gèle….

Ces photos ont été prises par temps sec dans le secteur Borrégo, Haxo, Duée, etc, du XXème arrondissement dont la voirie a été particulièrement modifiée ces dernières années.